lundi 17 décembre 2012

Les DENOUAULT des environs de Château-Gontier (53)

Les différentes orthographes de la famille DENOUAULT sont : DENUAU, DENOUAULT, de NOUAULT, DENUAULT, DENOUAUT, de NOUAUT, de NOUAULX, etc ...

La carte ci-dessous permet de localiser les domaines liés aux diverses branches DENOUAULT du 15ème siècle au 17ème siècle.



Vers 1390,  un Jean DENOUAULT est cité dans la région de Château-Gontier :
Jean FREZEL II, seigneur de la Frezelière (Loigné) en 1363 X Marie POINTEL, dame de la Pointelière et du Houssay :
1/ Lancelot FREZEAU
2/ N. FREZEAU, femme de Jean DENOUAUT
3/ Marie FREZEAU, alliée le 8 décembre 1390, à Guillaume MORIN, seigneur de la Porte
4/ Jeanne FREZEAU
Sources :
Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée ..., par Louis Moreri, Claude-Pierre Goujet, Etienne-François Drouet, p 375
Dictionnaire généalogique des familles de l'Anjou - Fascicule 49, A.D.F.A.

Le 16 juillet 1409, Guillé DENOUAU, mari de Jeanne CHOPIN, rend aveu à Macé de QUATREBARBES, seigneur de la Rongère, pour une pièce devant la métairie du Jarry (Saint-Sulpice). Le 19 juin 1410 aveu de Guillaume DUMOULIN (x Jeanne du JARRY) pour hébergement, domaine et appartenance du Jarry (Saint-Sulpice) tant en fief.
Source : Christian Nouaux, archives de la Rongère

En 1414, la veuve de Jean DENOUAULT rend aveu pour le fief du Deffais (Quelaines) :
"36° La femme feu Jehan de NOUAUT, femme de foy lige et me doit trois soulz de devoir, par chacun an, à cause et par raison du herbergement et appartenances de la Bonnière (en Houssay), fiez et domaines. ITEM, la ditte femme, femme de foy lige et me doit deux souls de devoir, par chacun an, et huit jours et huit nuitz de gardes à ses despens d'un homme garny d'un arc et de deux cordes, d'un boullon et de douze saiettes empennées et ferrées à cause de sa courtillerie du Deffais (en Quelaines), et appartenances en fié et en domaine."
Source : Aveux de Chateaugontier de 1414, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, p270.

En 1414, Philippe DENOUAULT rend aveu pour le fief de la Basse-Hardière (Thorigné) :
"67° Philippe de NOUAULT, homme de foy simple et me doit cinq soulz de servige à l'Angevine à cause de sa mestaerie de la Bassehardière (en Thorigné)."
Source : Aveux de Chateaugontier de 1414, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, p275.

En 1422, Hervé ISORE, mari de Jeanne DENOUAULT, et la veuve de Jean de LA VIEUVILLE possèdent le Grand-Limesle (Quelaines).

En 1422, Jean DENOUAULT, fils de Guillaume DENOUAULT, rend aveu pour le fief de la Bonnière (Houssay)

En 1423, Jean de NOUAULT possède les Jouannières (Azé).

En 1432, Guillemette DENOUAULT possède le Deffais (Quelaines).

En 1434, Jeanne DENOUAULT, veuve d'Hervé ISORE, remariée à Jean FORTUNE, possède le Grand-Limesle (Quelaines).

En 1444,  Guillaume de NOUAULT possède les Jouannières (Azé).

Le 2 janvier 1447 est cité Jehan DENOUAULT, seigneur du Jary (Saint-Sulpice), aveu à Jehan de Quatrebarbes.
Source : Christian Nouaux, archives de la Rongère

En 1453, Jean DENOUAULT rend aveu pour le fief du Deffais (Quelaines).
"De Julien MORIN pour le Deffays que tint Jehan de NOUAULT 2 solz. "
Source : Aveux de Chateaugontier de 1453, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, p125.

En 1453, Hommage de Guillaume REDON pour une pièce de terre nommée Ici maeson aux Redons sise en la paroisse de Quelaines joignant d'un costé aux terres Jehan BOUIN et d'autre aux terres Jehan de NOUAULT et contient deux journaux et demy déterre et m'en confesse devoir deux deniers de devoir et fut en l'an 1111e quarante sept pour ce 2 deniers.
Source : Aveux de Chateaugontier de 1453, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, p127.

En 1453, Jean DENOUAULT le jeune rend aveu pour le fief de la Bonnière (Houssay).
"36° Jean de NOUAULT le jeune ... de la Bonnière ..."
Source : Aveux de Chateaugontier de 1453, Bulletin historique et archéologique de la mayenne.

En 1453, autres tailles et cens deuz par chacun an audit lieu de Houssay, au dimainche après l'angevine, de Macé COPPIN pour sa part de la Poybéliève qui fut Jehan Perrault, 2 solz, de Jehan de NOUAULT pour sa mectaerie de la Bonnière, pour ce 3 solz. De Jehan CHOTARD, à cause de sa femme pour la Houssinière (alias le Grippay à Quelaines) qui fut Agnès du GRIPPA et depuis Guillaume de NOUAULT pour ce 2 solz 6 deniers.
Source : Aveux de Chateaugontier de 1453, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, p123.

En 1460, Guillaume CHOTARD, mari de Jeanne DENOUAULT, possède le Deffais (Quelaines).

En 1461, Jeanne DENOUAULT, veuve de Jean CHOTARD, seigneur de Festillé (Quelaines), prend possession de la seigneurie.

En 1444, Guillaume de NOUAULT possède les Jouannières (Azé).

En 1471 et 1478, Olivier DENOUAULT rend aveu pour le fief de la Bonnière (Houssay).

Le 8 juillet 1474, Gilles de CHARNIERES rachète une rente due à Jean DENOUAULT sur le Grippay (Quelaines).

En 1477, Jean DENOUAULT, écuyer, mari de Jeanne BONVOISIN, rend aveu pour la Grande et la Petite Sapinière (Bierné).

1491, 25 décembre. — CHARTE DE FRANÇOIS DE LA JAILLE, ACCORDANT A JEAN BUSCHER UN TRANSFERT D'AFFECTATION POUR SURETÉ D'UNE RENTE DE QUATRE SOUS DEUX DENIERS QUI SERA PORTÉE A CINQ SOLS HUIT DENIERS.
« Maistre Jehan BUSCHER, secrétaire du Roy » ayant cédé au prieuré du Genéteil « une pièce de terre contenant cinq boisselées . . . au fief des Allières et tenuë d'illec à quatre sols deux deniers tournois de rente . . . laquelle terre joint d'un côté à la terre du prieuré de Genesteil et de Jehan GUYNEHEU et d'autre cousté à la terre de Guillaume DENOUAUT, d'un des bouts au jardrin dudit BUSCHER et d'autre bout au grant chemin tendant de Chaugontier à Gennes, » François de LA JAILLE, écuyer, seigneur de Mathefelon, de Coudray et des Aillières, consent que cette rente, élevée à cinq sols huit deniers, soit reportée sur « une autre pièce de terre séant près la maison dudit BUCHER, ou fié et seigneurie du prieuré de Genéteil .. . joignant des deux coustez et d'un des bouts aux jardrinaiges et terres dudit BUSCHER et d'autre bout au grant chemin tendant de Chasteaugontier à Sablé, » qu'il a reçue en contréchange. F. de LA JAILLE, et scellé de cire rouge.
Source : Archives historiques du Maine, Auteur : Société historique de la province du Maine. Edité en 1900.

1500, anoblissement Jean DENOUAULT. Lettres patentes portant anoblissement de Jean Denouault. 1500. Fol. 125. Est-ce un Denouault de Mayenne ? A vérifier.
Source : Registres de la Cour des Comptes et de la Cour des Aides; relevés effectués par François Godet de Soudé, maître des comptes.

Le 25 novembre 1505, partage. Guillaume LE PELETIER, fîs aisné de nostre Guillaume LE PELETIER, Procureur Fiscal de Sablé, fut Seigneur de la Pilardiére en St Denis d'Anjou, et de l'Etaudiére en Bierné. II épousa Ambroise LE DEVIN, de la Ville de Sablé, dont il eut dix enfants. Ce que j'ay appris du Partage de ses biens et de ceux d'Ambroise LE DEVIN, sa femme, qui est du 25 Novembre 1505, entre Guillaume LE PELETIER, Sr de l'Etaudiére, son fîs aisné; et ses autres enfans, qui sont, Guillaume LE PELETIER, le jeune, Sr de la Tournerie, en Bierné, Marguerite LE PELETIER, Dame de la Guéroulliére, Antoine LE PELETIER, Sr du Claré, Macé LE PELETIER, Jan Le PELETIER, Sr de Pincé, et de la Pilardiére, Catherine LE PELETIER, Sainte LE PELETIER, femme de Jan de RUAIS, Marie LE PELETIER, Dame de la vieille maison de la Pilardiére, épouse de Guillaume de NOUAUT, lequel estoit apparamment de la famille de Claude de NOUAULT, Dame de Montiron (Azé), fille de Jan de NOUAULT, Sr des Aunais (Loigné) et de Montiron (Azé), et femme de René HERNAULT, Sr de la Fosse Garnier, Juge des Traites d'Anjou.
Source : Vitae Petri Aerodii quaesitoris Andegavensis et Guillelmi Menagii..., p 278-279, Gilles Ménage - 1675

En 1510, honorable homme Olivier DENOUAULT, sieur de Montiron (Azé), possède en partie le Montaigu (Bazouges).

1512, anoblissements de la Chambre des Comptes de Paris, anoblissement de Jan de NOUAUT, Manceau (Manceau signifie originaire du Mans ou du Maine).
Source : Vitae Petri Aerodii quaesitoris Andegavensis et Guillelmi Menagii..., p 203, Gilles Ménage - 1675

En 1525, Jeanne BONVOISIN, veuve de Jean DENOUAULT, rend aveu pour la Grande et la Petite Sapinière (Bierné).

En 1527, Jean DENOUAULT, mari de Raouline BARRAULT, rend aveu pour la Grande et la Petite Sapinière (Bierné). Sa veuve rend à son tour aveu en 1528.

Le 27 mai 1528, transaction entre Pierre LEBRETON, sergent royal, demeurant à Château-Gontier, et Estienne DENOUAULT, prêtre demourant à Azé.
Source : Transaction entre Etienne Denouault et Pierre Lebreton, Château-Gontier 1528

En 1532, Jean du MOULINET, prêtre du lieu domaine clouserye et appartenances de la Jousière assis et situé en ladite paroisse de Louvaines, chapelain de la chapelle du Moulinet (Bazouges). Ses héritiers sont les enfants de Jacques du MOULINET :
- Marie du MOULINET
   x1 N. DENOUAULT :
       - Jean DENOUAULT
   x2 René de MONTORTIER, licencié es lois
      - Jeanne de MONTORTIER x Jean de CRESPY, sieur de Beaurepère
      - Marguerite de MONTORTIER x Pierre DAVY, liciencié es lois, sieur de la Souvestrie et du Hallay
      - N. de MONTORTIER x N. d'AHUILLE, d'où : Jean d'AHUILLE, teinturier et Jeanne d'AHUILLE, veuve de Jean COUESMES, demeurant à Château-Gontier
Source :

En 1537, Jean DENOUAULD ou de NOUAULT, sieur du Colombier, est capitaine et gouverneur de la ville et du château de Craon.

En 1550, noble homme François de NOUAULT est sieur du Jarry ou de la Cour du Jarry (Saint-Sulpice).

En 1553, Catherine du MOULINET, dame du Moulinet (Bazouges) x Jean de NOUAULT, sieur de Montiron (Azé) et des Aunais (Loigné). D'où :
- Claude de NOUAULT, dame de Montiron (Azé) x 19/11/1553 René HERNAULT, sieur de la Fosse-Garnier. C'est par ce mariage que la famille HERNAULT va être liée aux fiefs du Moulinet, des Aulnays et de Montiron pendant plusieurs siècles.
Sources :
Vitae Petri Aerodii quaesitoris Andegavensis et Guillelmi Menagii..., p 203, Gilles Ménage - 1675
Dictionnaire généalogique des familles de l'Anjou - Fascicule 60, A.D.F.A.

1554, 18 mai. — Inventaire fait par Jehan de NOUAULT, capitaine du château de Craon.
Inventayre faict ce jourd'huy vendredy dix-huitiesme de may l'an mil cinq cens cinquante et quatre, des meubles estans au vieil chastel de Craon, appartenans à monseigneur, que baille honneste personne Jehan de NOUAULT, cappitayne du chastel dudit Craon, à honneste personne Ollivier TURPIN, recepveur du dit Craon, par le commandement de mon dit seigneur et suyvant son mandement, dabté du quatriesme jour de ce présent moy, ...
Sans date. — Requête de Jean de NOUAULT, capitaine du château de Craon, au sujet du jeu de paume et des jardins.
A Madame. Supplye très humblement Jehan de NOUAULT, concierge et garde de vostre chastel de ceste ville de Craon, vostre subjiect et serviteur, que comme ainsi soit que feu monseigneur, que Dieu absolve, lui eust donné et conféré l'office et garde de vostre dit chastel de Craon, ...
Source : Histoire de la baronnie de Craon de 1382 à 1626, d'après les archives inédites du chartrier de .., Auteur : André Joubert, Edité en 1888

Le 3 mai 1559, noble homme Guillaume de QUATREBARBES, seigneur de la Rongère, et et sire François DENOUAULT, seigneur du Jarry, à présent demeurant en cette ville d’Angers paroisse de St Pierre, vendent une closerie et des vignes à Angers.
Source : Guillaume de Quatre-Barbes vend une closerie et des vignes à Angers, 1559

Le 23 mai 1559, contre-lettre de Guillaume de QUATREBARBES mettant hors de cause sire François DENOUAULT, seigneur du Jarry (Saint-Sulpice), demeurant audit Angers.
Source : Contre-lettre de Guillaume de Quatrebarbes mettant hors de cause François Denouault, Saint-Sulpice-du-Houssay 1559

En 1562, Jean DENOUAULD ou de NOUAULT, sieur du Colombier, est capitaine et gouverneur de la ville et du château de Craon.

En 1564, noble homme François de NOUAULT est sieur du Jarry ou de la Cour du Jarry (Saint-Sulpice).

En 1567, René DENOUAULT rend aveu pour la Grande et la Petite Sapinière (Bierné).

Le 7 août 1575, Louis DENOUAULT est curé de Quelaines. Il résigne en 1586.

En 1579, Jacques du MOULINET, frère aîné de Marie DENOUAULT, et Jean LE MASSON, mari de Simone de MONTOURTIER, soeur de Jean DENOUAULT, rendent aveu pour le fief de Bozeille-Belhomme (Bazouges).

En 1579, René DENOUAULT rend aveu pour la Grande et la Petite Sapinière (Bierné). Il vend ce fief à Louis LINE en 1586.

En 1579, Gervais DENOUAULT, époux de Jehanne MENARD, fait l'acquisition du Plessis-Brochard (Quelaines) (source : l'excellente étude généalogique de mon cousin Guy Bellanger).

Le Plessis-Brochard à Quelaines (photo : Guy Bellanger)
 
Ce petit fief fut très probablement vendu par Lancelot de BREE. Ces Denouault ne semblent pas avoir été nobles mais, à l'époque, ce n'était pas rédibitoire pour posséder un fief. Ils ne furent jamais qualifiés de "sieurs" du Plessis-Brochard (Quelaines). Peut-être n'en possédaient-ils qu'une petite partie (le Plessis-Brochard était divisé en plusieurs domaines). En 1579 et 1600, c'est toujours Lancelot de BREE qui est qualifié de "sieur du Plessis-Brochard". En 1602, ce sont Lancelot et François de QUATREBARBES sont qualifés de "sieur du Plessis-Brochard".

1587, 26 juin. — Extrait dun Inventaire fait au chàteau neuf de Craon.
Aujourd'huy XXVIe jour de juign l'an mil cinq cens trente sept, Inventaire a esté faict par nous Estienne AMYOT, licencié es loix, sennechal de Craon, présens nobles personnes Loys MAUVIEL, chastelain; Olivier de LA JOUYERE, procureur; Guillaume DOUSCHER, recepveur; et Tugal LE TONDEURS, greffier ordinaire audict Craon, des meubles trouvés au chastel neuf dudict lieu, lesquelx ont esté laissez et baillez entre les mains de Jehan DENOUAULT, seigneur du Coulombiers, à présent garde dudict chastel, et Pierre CHASTEIGNER, marchant, sieur de la Sallyere, lesquelx et et chacun d'eulx ont promis et sont tenuz rendre et restituer à Monseigneur ou à ses officiers audict Craon, touteffoiz qu'ilz en seront requis
Source : Histoire de la baronnie de Craon de 1382 à 1626, d'après les archives inédites du chartrier de .., Auteur : André Joubert, Edité en 1888

Le 4 avril 1598, bail entre damoiselle Guyonne BOUCAULT et damoiselle Lucresse DENOUAULT femme de noble homme Me Adrien JACQUELOT, conseiller au parlement de Bretagne
Source : Bail à ferme d’une maison par Guyonne Boucault épouse de Donation Coiscault, Angers 1598

En 1609, Mathurin DENOUAULT rend aveu à la Rongère pour le Grand et le Petit Jarry (Saint-Sulpice).

En mars 1614, « Gervaise DENOUAULT demeurant en la paroisse de Quelaines au Plessis Brochard - maison et jardin - 6 journaux et ¾ de ... et une hommée et demie de prés » - en fief de Ch-Gontier - déclaration de francs-fiefs.

Le 8 janvier 1615, compte de curatelle de Marie Hanyer, rendu par noble homme Mathurin DENOUAULT, sieur du Grand Boys.
Source : Compte de curatelle de Marie Hanyer, rendu par Mathurin Denouault, Saint-Sulpice-du-Houssay 1615

Le 24 octobre 1619, bail entre Mathurin DENOUAULT, sieur de Beauchamps, Vallée et Jarry, mari d'Ambrois HERNAULT, et Pierre BRETON, laboureur.
Source : Bail à ferme de la métairie de Beauchamps en Saint-Mathurin-sur-Loire, 1619

Date inconnue, sentence qui condamne Claude de POLAINES, mari de Madeleine DENOUAULT, et Mathurin DENOUAULT, sieur de Grandbois, à servir une rente due au chapitre Saint-Maurice d’Angers,sur une maison en la rue Saint Jean-Baptiste;- notes et extraits généalogiques par le feudiste Audouys,etc.
Source : E.2236.(carton.)-3 pièces,parchemin;2 pièces,papier;1sceau. 1530-XVIIIe siècle.- Denouault.

Le 21 mars 1623, modification de contrat d’engagement sur Mathurin DENOUAULT, écuyer, sieur du Grand Bois et du Jarry.
Source : Modification de contrat d’engagement sur Mathurin Denouault, Saint-Sulpice-du-Houssay 1623

Le 16 décembre 1668 (3 E 1/658 : René Buhigné), contrat de mariage entre :
- René GUINOISEAU laboureur, fils de +Jean GUINOISEAU et de +Perrine BARBOT demeurant Landeucherie à St Sulpice, assisté de Gervais DENOUAULT son curateur demeurant le Plessis-Brochard à Quelaines de Gilles BARBOT laboureur au village de la Penneguerye à Peuton son oncle maternel (tous ses droits), de Jean HERRIER marchand tissier mari de Perrine GUINOISEAU son beau-frère.
- Perrine MARTIN, fille de Marin MARTIN (+1/10/1670 St Sulpice 55 ans) laboureur et Louise HOUSSIN demeurant le Petit Jarry à St Sulpice (300 livres).
(mariage à Saint Sulpice le 9/5/1669)

En 1669, Gervais DENOUAULT rend aveu pour le fief du Plessis-Brochard.
"60° Gervaise de NOUAULT est mon homme de foy lige pour raison du lieu du Plessis Brochard, et m'en doit 40 jours et 40 nuits de garde".
Source : Aveux de Chateaugontier de 1669, Bulletin historique et archéologique de la mayenne, T15, 1899, p278.

Le 7 septembre 1674 (E 76/5 René Buhigné), contrat de mariage entre :
- René DENOUAULT, fils de Gervais DENOUAULT et +Renée GUINOISEAU, vignerons demeurant le Plessis-Brochard à Quelaines (150 livres + meubles)
- Julienne GARREAU, fille de Julien GARREAU et Elaine HOUSSIN demeurant Langlescherye à Houssay, assistée de Etienne BRILLET son beau-frère, et de Michel GARREAU vigneron son frère (200 livres)

Le 12 mars 1678 (3 E 76/6 : René Buhigné), partages en 4 lots de la succession des +Julien GARREAU et +Hélaine HOUSSIN à Houssay et Quelaines appartenant à :
- Julien GARREAU (x 5/6/1668 à Quelaines avec Françoise LOGEAIS).
- Michel GARREAU (x 15/11/1672 à Houssay avec Anne BARBOT).
- Estienne BRILLET et Renée GARREAU demeurant le bourg de Houssay.
- René DENOUAULT et Julienne GARREAU demeurant le Plessis-Brochard à Quelaines.


Source principale :
Dictionnaire de la Mayenne, par l'abbé Angot.
Archives départementale de la Mayenne.
 

Aucun commentaire: